Les « Cuevas », de la désuétude au renouveau :

Arguedas est un passage obligé pour ceux qui se rendent dans les Bardenas, mais combien de touristes ont eu l’idée de visiter ce village ? Très peu, c’est certain ! Pourtant, ils pourraient bien y découvrir une curiosité locale très surprenante : Les « cuevas ».

Aujourd'hui abandonnées, les habitations troglodytes d’Arguedas étaient habitées jusque dans les années 1960. Notez les façades peintes à la chaux. . . . Photo : Dudeyberlin

Les « Cuevas », ou habitations troglodytes, sont des habitats creusés dans la roche et aménagés de manière à ce qu’ils soient aussi fonctionnels et confortables qu’une maison conventionnelle.

Très fréquent en Andalousie, ce type d’habitat se rencontre aussi dans le sud de la Navarre et tout autour de Saragosse (principalement le long du cour de l’Ebre). Près des Bardenas, on trouve des habitations troglodytes en très grand nombre dans certains villages de l’ouest et du sud du territoire bardenero.

Contrairement aux « cuevas » andalouses qui datent souvent du moyen-âge, les « cuevas » proches des Bardenas n’ont guère plus d’un siècle pour les plus anciennes. En Navarre et en Aragon, elles furent habitées jusque dans les années 1960. Dans certains villages, elles pouvaient former de véritables quartiers peuplés par plusieurs dizaines de familles ! Ces grottes pouvaient aussi servir d’écuries, de remises, de commerces, etc.

Ces trois photographies d’époque montrent une famille de Valtierra devant quelques « cuevas ».
Photos fournies par Ruben Mendi

 

Les habitations troglodytes étaient de toutes tailles, de la plus petite qui ne comportait qu’une seule pièce, à la plus vaste qui pouvait contenir plus d’une dizaine de pièces ! Elles étaient autrefois creusées à la main avec des outils rudimentaires, mais leur conception s’avérait étonnement ingénieuse.

Combien de temps était-il nécessaire pour creuser une « cueva » ? En matière d’habitat troglodyte la notion de temps n’existe pas, car chaque famille qui faisait creuser une « cueva » pouvait quelques années plus tard se voir dans l’obligation de l’agrandir en creusant de nouvelles pièces, et cela au fur et à mesure que la famille s’agrandissait.

Années 1960, une famille pose devant une « cueva » à Valtierra.
Photos fournie par Ruben Mendi.

Il arrivait parfois que des propriétaires d’habitats troglodytes décident d’agrandir leur demeure non pas en creusant de nouvelles pièces, mais en s’étendant vers l’extérieur. De cette manière, les « cuevas » se voyaient dotées d’une façade identique à celle d’une maison faite de pierres.

Les habitations troglodytes présentaient de nombreux avantages et peu d’inconvénients : Tout d’abord, créer une « cueva » coutait moins cher que de bâtir une maison conventionnelle, ensuite il était aisé de l’agrandir lorsque le besoin s’en faisait sentir. Autre détail important, la température intérieure restait stable (entre 18 et 22°c) durant toute l’année, les « cuevas » étaient donc chaudes en hiver et fraiches en été.

Le principal inconvénient est le manque d’ouverture sur l’extérieur, car au vu du faible nombre de fenêtres pour une grotte (parfois pas plus d’une ou deux) on pourrait penser que l’obscurité règne en ce lieu. Mais c’est sans compter sur l’ingéniosité des concepteurs de ce type d’habitat, car les fenêtres sont disposées de telle façon que l’intérieur des grottes est généralement assez lumineux, luminosité notamment accrue par la peinture blanche appliquée sur les murs intérieurs.

.

Au sud des Bardenas, les villages de Magallon et de Borja abritent des centaines de « cuevas ». Sur la photo de gauche, notez la forme très originale des cheminées d’aération (voir détails ci-dessous).

Photos : Frédéric Moncoqut.
. . . .
.. .

A Arguedas, les « cuevas » abandonnées sont très nombreuses, beaucoup d’entre elles pourraient pourtant être restaurées !

. . . Photos : Frédéric Moncoqut

Au plus proche des Bardenas, Arguedas et Valtierra sont les deux villages les plus représentatifs de ce que sont les « cuevas ».

Des centaines d’habitats troglodytes ont été creusés en ces lieux, et si Arguedas ne conserve pour l’essentiel que des « cuevas » abandonnées, Valtierra en possède un grand nombre qui sont toujours habitées.

Habitat troglodyte abandonné à Arguedas. . . Photos : Quesabesde.com
.
Photos ci-dessus et à droite : Frédéric Moncoqut
Quelques "cuevas" sont encore assez bien conservées, comme ici à Valtierra.

A l’état de ruines il y a encore peu de temps, certaines « cuevas » ont été habilement restaurées et réhabilitées, notamment à Valtierra comme le montrent les photos ci-dessous :

.

Accessibles à la location touristique, les « Cuevas Bardeneras » de Valtierra sont parfaitement représentatives de ce qu'était autrefois l'habitat troglodyte, ... avec le confort moderne en plus.

Photos ci-dessus, à gauche et ci-dessous : Frédéric Moncoqut

.

Alors qu'elles étaient autrefois réservées à une population assez pauvre, les « cuevas » sont aujourd’hui très recherchées pour leur originalité. Certains propriétaires se sont donc lancés dans le « troglo-tourisme » en convertissant leurs grottes en gîtes ruraux, les « Cuevas Bardeneras » de Valtierra constituent le meilleur exemple de toute la région en matière de réhabilitation d’habitats troglodytes !

 

________________________

 

Nous venons de le voir, les « cuevas » abondent en marge ouest et sud des Bardenas, mais qu’en est-il à l’intérieur même du territoire bardenero ?

Les Bardenas sont réputées pour être désertiques, donc inhabitées, mais cela ne signifie pas qu’elles soient totalement délaissées. En effet, cette terre est régulièrement fréquentée par les bergers et les agriculteurs, et même s’ils n’ont pas établi en ces lieux d’habitats permanents, ils ont tout de même laissé de nombreuses traces de leurs passages.

Ainsi, loin des villages, en certains lieux des Bardenas, il est possible de découvrir quelques « cuevas ».

Ci-dessus et à droite : Les « Cuevas de Marin », près du barranco Agua Salada, servaient autrefois de bergerie. Les brebis y trouvaient ici un appréciable refuge qui les mettait à l’abri des intempéries et du froid. Le site est aujourd’hui abandonné.

Photos : Frédéric Moncoqut

.

Ci-dessus : Cette petite grotte se situe dans un lieu isolé de la Blanca Alta. Quand et par qui a-t-elle été creusée ? Impossible de le savoir. Cette « cuevas » est probablement assez ancienne, elle devait servir d’abri temporaire. . . . Photos : Frédéric Moncoqut

.

Ici, perdu dans le nord de la Bardena Negra, un vaste abri sous roche a été aménagé et agrandi pour accueillir un important rucher. Ce site est aujourd’hui totalement tombé dans l’oubli. . . Photos : Frédéric Moncoqut

.

Voici une étrange grotte en forme de couloir qui perce le sommet de cette colline de part en part. L’étroitesse de ce lieu est telle qu’il est totalement impossible d’y établir un habitat ! Même l’hypothèse d’un simple abri temporaire est difficilement envisageable ! Mais quelle pouvait donc être l’utilité de cette « cueva » ? . . Photos : Frédéric Moncoqut