.

.....................5

 

 

Bonjour,

Je reviens d'une première ballade dans les Bardenas ce week-end. Je ne sais pas à qui poser la question (et en français parce que je ne parle pas espagnol) : est-ce qu'il y a des prédateurs type loups dans les Bardenas ? Je pose la question parce que mon amie et moi avons vu l'espace d'une seconde un animal s'enfuir dans les rochers. Il ressemblait à un loup avec une très grande queue en panache un peu comme les renards. Il était de couleur grise et blanche.

Nous étions à environ 80m. Si j'étais un loup, je pense que j'aurai choisi moi aussi cet endroit : nous nous étions un peu égaré du chemin indiqué sur le guide (perdus quoi) et nous étions dans un endroit entouré de 3 versants avec beaucoup de gros blocs éboulés (l'animal sortait de là, endroit idéal pour y vivre et surtout se cacher). On peut y venir que d'un côté et le lieu est certainement peu fréquenté car en cul-de-sac

J'ai cherché des infos sur le net, à priori personne ne relate la présence de ce type d'animal dans le coin ?

Merci à vous.

Christophe.

 

Réponse de Fred :

Bonjour Christophe,

Des loups dans les Bardenas ? Pourquoi pas.

Je sais que depuis quelques années les loups sont de retour sur le versant sud des Pyrénées, il semblerait même que quelques uns osent quitter la montagne pour s'aventurer furtivement dans la région des Bardenas et des Cinco Villas. Alors oui, il est tout à fait possible que votre animal mystérieux soit bien un loup, mais rien ne le prouve.

Les bergers sont nombreux dans les Bardenas durant l'hiver, s'il y a un loup dans le coin ils le croiseront un jour ou l'autre. Et si j'obtiens des infos confirmant votre observation au cours des prochains mois je ne manquerai pas de vous en avertir.

Dans les Bardenas les prédateurs sont peu nombreux :

Il y a tout d'abord le renard, très prolifique et facilement observable durant le crépuscule, la nuit et l'aurore.

Il y a bien entendu les rapaces, particulièrement nombreux dans la région, mais qui sont évidement à exclure dans le cas de votre observation.

On peut également citer les chiens errants, très rares, mais il y en a. Votre "loup" en était peut-être un, bien que votre description corresponde effectivement plus à un loup qu’à un chien.

Nous avons aussi le chat sauvage, très difficile à observer, il vit dans les zones boisées.

Et enfin comment ne pas citer les fameux pumas qui firent couler tant d'encre dans les années 1980 (voir la rubrique "Flash infos 2004" dans ce site). Perso, le puma j'ai du mal à y croire, ...   et le Chupacabras encore plus.

Voila tout ce que je peux vous dire pour le moment, l'actualité de la région nous en apprendra peut-être plus dans les prochaines semaines.

 

 

Bonjour,

J’ai été début août à l’Expo Internationale de Saragosse et j’avais acheté pour l’occasion votre guide « Aragon, de l’Ebre au Mont Perdu ». Je ne connaissais pas du tout cette région et je dois dire que votre ouvrage m’a été particulièrement utile. Je reviens chez moi avec une multitude de souvenirs en tête, le dépaysement fut total et radical.

Outre les superbes paysages de montagnes lacérés de gorges et constellés de vieux villages isolés, j’ai été très surpris d’apprendre l’existence de déserts dans ces contrées. Je suis brièvement passé par les Monegros en me rendant à Saragosse, mais ce sont surtout les Bardenas Reales qui m’ont scotché !!! Pour moi qui viens de la région parisienne ce fut une véritable hallucination ! J’étais loin d’imaginer qu’il puisse exister de tels paysages en Europe.

Je compte bien y revenir l’année prochaine et en attendant je vais me procurer vos livres sur les Bardenas, histoire de continuer rêver.

Je profite de ce mail pour vous féliciter pour votre superbe site des Bardenas, le seul qui vaille vraiment la peine d’être consulté.

Jean-Baptiste (Région parisienne)

 

Réponse de Fred :

Merci beaucoup pour les compliments.

Il est effectivement très difficile de rester insensible aux attraits de cet univers magique et envoûtant qu’est l’Aragon. Et le désert des Bardenas, situé en Navarre, est sans conteste l’une des terres les plus insolites que l’on puisse trouver en Europe.

Une terre à découvrir sans modération, et comme le dit si bien le slogan touristique navarrais : « Venir, c’est revenir ». Alors nul doute que vous reviendrez.

 

 

Bonjour Monsieur Moncoqut,

Il y a vingt-cinq ans, en venant des Pyrénées, j'ai voulu  par des petites routes couper tout droit vers Madrid, . . . et évidemment nous nous sommes perdus.

J'ai découvert des paysages époustouflants sur cette route de nulle part, des images qui ne m'ont plus jamais quitté. Malheureusement mon mari ne l'a pas perçu comme moi (il faisait affreusement chaud en plus) et après avoir tourné un après-midi en rond, nous avons retrouvé la civilisation et une route vers Pampelune ; il n'était plus question de Madrid.

Je me suis jurée d'y revenir un jour et j'ai très envie maintenant de montrer tout ça à mes petits-enfants. Entretemps, avec les ordinateurs l'orientation et l'information sont devenues plus faciles et je pensais que nous avions traversé le désert des Bardenas. Mais plus  je regarde les photos, plus j'ai des doutes. C'était bien quelque part en Aragon, mais où ?

Il y avait des plaines sans arbres, mais de temps en temps la route passait sur un petit pont et en bas il y avait un ruisseau avec une eau presque blanchâtre et des buissons et des arbres qui n'atteignaient pas la hauteur de la route. Il y avait des étendues de pierres, des petits villages (tout de pierre) abandonnés, ou du moins ils semblaient abandonnés. Pas une âme qui vive, sauf un potier au bord de la petite route. Il y avait des rochers rouges immenses avec à leur pied quelques maisons collées à la falaise et d'immenses églises.

Voilà, ce sont mes souvenirs. Oui, et une indication, une direction vers Sos el Rey Catolico, ça m'est resté bien en mémoire. C'est d'ailleurs cette indication qui m'a fait penser aux Bardenas, mais le reste de concorde pas. Vous avez dans vos photos en vrac pour « Aragon, de l'Ebre au Mont Perdu » (livre que je vais surement acheter) une photo qui s'approche le plus de mes souvenirs, je vous l'envoie en fichier joint.

"Photos en vrac"

Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire. Si tout ça vous dit quelque chose, je vous serais très reconnaissante de pouvoir me donner une indication.

Merci d'avance, bien cordialement, Erika.

 

Réponse de Fred :

Bonjour Erika,

Rien de mieux pour découvrir une région que de s'y perdre, et je connais peu de gens capables de rester insensible aux charmes de la région aragonaise.

Des plaines ouvertes et vides, des petits villages endormis sous la canicule, de hautes falaises rouges, et Sos del Rey Catolico, ... j'ai ma petite idée sur les lieux où vous vous êtes aventuré :

Les vastes plaines et leurs petits villages, c'est probablement la Hoya de Huesca et plus certainement la région des Cinco Villas (entre le rio Gallego et les Bardenas).

Pour les falaises rouges, il n'y a pas de doutes, c'est Salto de Roldan (près de Huesca) et  surtout les superbes Mallos de Riglos et d'Aguero.

Sos del Rey Catolico (très beau village médiéval) se trouve non loin de la Navarre, vous avez donc probablement traversé la sierra de Santo Domingo d'est en ouest.

Le désert des Bardenas se situe un peu plus au sud de Sos, je ne pense pas que vous vous y soyez rendu car en ce lieu l'infrastructure routière n'est constituée que de pistes de terre.

De toute évidence vous avez succombé aux charmes de l'Aragon, alors je vous invite à partager ma passion en vous procurant mon dernier ouvrage, ...   évasion et émerveillement garanti !

 

 

Bonjour,

Félicitations pour votre beau site. J'avais découvert cette région splendide et encore totalement inconnue des Belges à l'été 2003, lors d'une traversée de l'Espagne. A l'époque, nous n'avions croisé personne, et en gardons un merveilleux souvenir. Cela a du bien changer depuis. Pour ce qui est du polygone de tir, la présence des militaires est-elle réellement si nocive à l'environnement qu'on le dit? Il existe un débat similaire dans la "Rüppiner Heide" en ex-RDA, où l'aviation utilise pour ses exercices une vaste zone de landes.

Me rendant cette année à l'Expo 2008, j'aimerais reparcourir une partie de la Blanca à vélo en disposant d'une pleine journée, en partant en train de Saragosse et en louant un vélo dans une gare d'arrivée. Est-ce réaliste? Quel serait, à votre avis, le meilleur point d'entrée à vélo, en sachant que le point de départ serait une gare RENFE?

Merci beaucoup

Olivier (Belgique)

 

Réponse de Fred :

Je vous remercie pour votre sympathique email.

J'imagine que les paysages désertiques des Bardenas ont dû sacrément vous dépayser.

Pour ce qui est des trains, des gares, et des locations de vélos, je ne pourrai malheureusement pas vous aider. En faisant quelques recherches sur le net vous trouverez certainement toutes les infos utiles. Je sais qu'il y a une gare rive droite de l'Ebre non loin d'Arguedas, le point d'entrée idéal des Bardenas se trouve d'ailleurs prés de ce village.

Visiter la Bardena Blanca en vélo depuis une gare en une seule journée me parait beaucoup trop court. Prévoyez plutôt deux journées minimum car vous aurez à parcourir de longues distances aller et retour, sans oublier qu'il vous faudra trouver un vélo à louer. Ne serait-il pas plus judicieux de louer carrément une voiture à Tudela ? 

Pour ce qui est des militaires, leur présence dans les Bardenas est une gêne réelle pour la population riveraine (bruits des réacteurs et des explosions, risques d'accidents, etc). Pour les touristes cela pose moins de problèmes, c'est même une sorte de curiosité locale que de regarder les ballets aériens des avions de chasse. C'est d'un point de vue écologique que les militaires posent le plus de problèmes, car rien n'est plus polluant que des explosifs et ce sont des milliers de tonnes de bombes qui ont explosé dans la Bardena Blanca depuis 1951.

Je vous souhaite un agréable séjour en Espagne,

Cordialement, Fred.

 

 

 

Si le menu du site n'est pas apparu à gauche de votre écran, cliquez ci-dessous.

www.bardenas-reales.net