.

.....................4

 

 

Bonjour Fred,

Lors d’un récent passage dans les Bardenas j’ai découvert sur le bord du Castildetierra de curieuses marques en forme de marches d’escalier. Avez-vous une idée de ce que cela peut bien être ?

Merci, et félicitation pour votre guide sur l’Aragon (je viens de l’acheter, idéal pour nos prochains voyages).

Roger et Mathilde (Mont de Marsan, Landes)

 

Réponse de Fred :

Bonjour,

Vous avez tout à fait raison, il s’agit bien de marches d’escalier, et elles ont été creusées sur le flanc du Castildetierra il y a quelques décennies.

Quelle en était l’utilité ?

Et bien jusqu’au milieu des années 1990, des volontaires très courageux n’hésitaient pas à escalader cette monumentale cheminée de fée afin de déposer à son sommet une statuette de la Vierge et l’Enfant. Ne me demandez pas comment ils s’y prenaient et si il y eut des accidents, je ne les ai jamais vu à l’œuvre.

Pour la petite histoire, je tiens d’un ami bardenero qu’un jeune habitant du village d’Arguedas serait l’auteur de la chute de cette statue. Il aurait commis ce blasphème en 1995 en escaladant le Castidetierra à l’aide de cordages encore présents à l’époque, et en s’aidant des marches grossièrement creusées sur le flanc de la cheminée de fée.

Exercice stupide et très dangereux pour ce jeune espagnol. Le hasard fit que je dus arriver sur place peu de temps après car j’ai moi-même trouvé la statue gisant sur le sol, décapitée par le choc. C'était en 1995.

Aujourd’hui, il semblerait qu’il n’y ait plus de volontaires pour replacer une Sainte Vierge au sommet du Castildetierra, et de toute manière cet escalier de fortune n’est plus praticable depuis bien longtemps.

Voila donc la réponse à votre question.

La statue en question.

 

- Avis aux intrépides : l’escalade du Castildetierra est interdite et excessivement dangereuse ! ! ! -

 

 

Hola Fred.

Muchas felicidades por tu magnifica web. Con semejante trabajo, no es de extrañar la cantidad de compatriotas tuyos que encuentro por allí.

Yo vivo de Donostia y tengo una casa en Rada desde hace 14 años. Al igual que tu me considero un enamorado de la Bardena. Te adjunto un par de fotos de algún “tontolaba” que se dejó el coche empantanado por andar donde no debía.

En la otra foto aparece mi humilde Land Rover “bardenario” del año 80, con el que paso buena parte de mis fines de semana bardeneros (…casi siempre por zonas autorizadas…). También aparecemos mi esposa, una amiga y yo.

Llega el puente de 1 de mayo y ya estoy deseando perderme unas horas por alli.

Miguel Orueta

 

Réponse de Fred :

Voici un courrier que m’a envoyé Miguel, un espagnol vivant à San Sebastián, et qui tout comme moi est animé d’une grande passion pour notre désert des Bardenas.

Miguel a eu la gentillesse de m’envoyer joint à son e-mail quelques photographies dont deux m’ont paru particulièrement intéressantes.

Voici donc ce qui peut arriver lorsqu’on s’amuse à faire du hors-piste :

Planté dans la boue au fond d’un ravin, ce 4x4 Jeep Grand Cherokee attend désespérément le retour de son propriétaire parti on ne sait où en quête d’une aide providentielle.

- Rappelons-le, la pratique du hors-piste est interdite -

__ ______________________________________________ __

Et à propos de hors-piste, voici un autre exemple à ne pas suivre que j'ai trouvé sur internet :

Même un Nissan Patrol GR, qui est pourtant un excellent tout-terrain, ne peut s'en sortir seul une fois enlisé au fond d'un barranco.

D'autres photos ici.

 

 

Bonjour.

J’ai lu dans votre site (flash infos 2007) que l’Espagne n’a pas l’exclusivité des déserts européens puisque vous signalez l’existence d’un désert en Pologne. Et bien j’ai découvert en surfant sur internet qu’il existe trois autres déserts que vous n’avez jamais mentionné.

Le désert des Agriates en Corse, le désert de Calanda en Espagne et le désert d’ Accona en Italie.

Jean-François (Toulouse).

 

Réponse de Fred :

Bonjour Jean-François,

Désolé de vous décevoir, mais les déserts dont vous parlez ne peuvent même pas être qualifiés de pseudo-déserts.

Commençons par les Agriates : cette région de 16.000 hectares tient son appellation de "désert" au simple fait qu’elle est totalement inhabitée. Les Agriates sont couvertes d’une abondante végétation de type méditerranéen.

La région de Calanda (province de Teruel en Espagne) est elle aussi qualifiée de désert, mais je peux vous assurer que ce n’en ait pas un pour l’avoir moi-même traversé. Bien sûr on n’y trouve aucun village sur plusieurs dizaines de milliers d’hectares, mais le paysage est essentiellement agricole, des champs à perte de vue et de nombreuses fermes.

Le désert d’Accona (province de Siena en Italie), je n’en avais jamais entendu parlé. Après avoir fait quelques recherches sur internet, je peux dire qu’encore une fois il ne s’agit pas d’un désert ou même d’un pseudo-désert. Toutefois, il est vrai que la région est connue pour son aridité.

Que cela ne vous décourage pas dans vos recherches, si vous trouvez d’autres « supposés déserts » européens, je suis preneur.

 

 

Bonjour, j’ai pris cette photo dans les Bardenas il y a quatre ans, quelqu’un peut-il me dire de quel type de plante il s’agit ?

Bertrand.

 

Réponse de Fred :

Cette plante est un agave, une sorte de cactus que l'on trouve un peu partout en Espagne, surtout en andalousie.
Sur votre photo l'agave est en fleur (la grande tige verticale), cela n'arrive qu'une seule fois.
Notez que j'en ai rarement vu dans les Bardenas, cette plante n'est pas typique de la région (à l'état sauvage).

 

 

Une drôle de pierre.

J'ai trouvé cette petite pierre (voir photos jointes) dans les Bardenas au nord de l'Espagne dans le sud de la communauté de Navarre, elle sortait à moitié du mélange de poussière et de terre qui recouvre la zone, par un de ses bords presque tranchant. Elle était totalement isolée, aucune autre pierre dans un rayon d'à peu près 50 mètres, en fait il n'y avait même pas de végétation sur 50 mètres aux alentour donc comme elle est toute blanche, impossible de la louper.
Je ne m'y connais pas du tout, mais on dirait qu'elle a été taillée, elle forme une sorte de triangle isocèle avec les deux côté de même taille qui sont plus longs que le troisième et semblent avoir été rendus tranchants par une multitude de petits impacts, le côté plus court lui est divisé en 3 zones avec un des côtés plus long que les deux autres qui ont l'air d'avoir été cassés.
Est-ce que quelqu'un pourrait me dire si elle a réellement été taillée et si oui, quelle pouvait être son utilité (on dirait une sorte de pointe de flèche, mais comme je l'ai déjà dit, je n'y connais rien) et serait-il possible de savoir à quelle époque elle aurait pu être utilisée ?
Merci d'avance à tous ceux qui pourront apporter des réponses à mes questions.

Deux vues de la fameuse pierre.

 

Réponse de Fred :

Ce témoignage a été déposé dans le forum d’un site scientifique en septembre 2005. En le lisant je l'ai trouvé tellement intéressant que j’ai souhaité le voir figurer dans le livre d’Or de « bardenas-reales.net ». J’ai donc essayé d’identifier et de contacter l’auteur, un dénommé « GregT », mais sans y parvenir.

« GregT » n’a fréquenté ce forum scientifique qu’à une seule occasion, il y a deux ans, pour obtenir des infos sur sa trouvaille. Autant dire que les chances de le retrouver sont quasi-nulles et c’est bien regrettable car il aurait pu nous apporter de précieuses informations complémentaires concernant sa drôle de pierre.

Personnellement, mon avis rejoint celui des participants du forum scientifique, nous avons bien là une pierre taillée par la main de l’homme, et il s’agit sans aucun doute possible d’une pointe de flèche. Cette pierre a été façonnée entre – 4.000 et – 3.000 ans (néolithique).

On peut supposer qu’elle a été trouvée quelque part dans la Blanca, puisqu’il s’agit du secteur le plus connu et le plus fréquenté des Bardenas Reales.

Il est bien regrettable qu’elle n’ait pas été confiée à un musée espagnol, ce sont là des informations perdues pour les archéologues car il est fort à parier qu’ils auraient été faire des fouilles sur le lieu de la découverte.

Bien qu’exceptionnelle pour un simple promeneur, cette trouvaille ne m’étonne pas tant que ça. En effet, les Bardenas ont été habitées par l’homme durant de longues périodes, les nombreux sites archéologiques découverts ces dernières années l’attestent.

Pour plus d’infos concernant les Bardenas au temps de la préhistoire, consultez le livre « Bardenas Reales, terre insolite ».

 

Voila à quoi pouvait ressembler la flèche il y a 5.000 ou 6.000 ans.

 

 

 

Si le menu du site n'est pas apparu à gauche de votre écran, cliquez ci-dessous.

www.bardenas-reales.net