.

..............Année 2014

Pour afficher cette page dans l'ordre chronologique, cliquez ici.

 

Joyeuses fêtes de fin d'année !!!

Le site internet www.bardenas-reales.net et son webmaster Fred Moncoqut vous souhaitent de Joyeuses Fêtes ainsi qu'une Bonne Nouvelle Année !

 

 

Un billet de loterie un peu spécial :

La "Once" organise pour les fêtes de fin d’année une loterie un peu spéciale puisqu’elle va éditer trois billets (tirés à 16,5 millions d’exemplaires) en l’honneur de trois grands sites naturels navarrais : Señorío de Bertiz, Urbasa-Andía et bien évidement les Bardenas Reales.

Ces billets de loterie seront disponibles sur tout le territoire espagnol dans 20 000 point de vente.

A gauche : Les billets Señorío de Bertiz et Urbasa-Andía seront vendus les 04 et 11 janvier 2015, celui des Bardenas sera disponible le 28 décembre 2014.

La "Once" n’est la première a utiliser l’image des Bardenas, il y a quelques années la poste espagnole a édité un timbre sur lequel figurait le Castildetierra.

Nota : La "ONCE", acronyme de "Organización Nacional de Ciegos Españoles" (en français Organisation nationale des aveugles espagnols), est une institution à caractère social et démocratique sans but lucratif qui a pour but d'améliorer les conditions de vie des aveugles et déficients visuels en Espagne. Cette organisation est très active, elle est connue pour ses kiosques qui permettent de participer à la loterie organisée par l'association et que l'on trouve dans la plupart des villes espagnoles, et pour avoir sponsorisé une équipe cycliste. (info : Wikipédia)

 

 

 

 

Un reportage TV pour TF1 :

Durant ces derniers jours (week-end du 06 au 07 décembre) une équipe de la télévision française TF1 a réalisé de nombreuses prises de vue en divers endroits de la Bardena Blanca. Nous devons cette info à Ruben Mendi des "Cuevas Bardeneras" ainsi qu’aux guides de l’agence "La Vereda del Cierzo".

Ce reportage sera diffusé à la fin du journal télévisé de 20H00 le 03 janvier prochain (reportage visible ici, sur le site internet de TF1).

Photo de droite : La Vereda del Cierzo.

Photos en bas : Bardeneras.

 

 

Partenaires de "bardenas-reales.net" :

Bornax, Bardenas Aventure et Bardeneras sont les partenaires privilégiés du présent site internet, vous constaterez donc que trois nouveaux onglets leurs étant dédiées viennent d’apparaître dans le menu du site.

Bornax est un Restaurant-Cidrerie situé à mi-chemin entre Arguedas et Valtierra, il s’agit du restaurant le plus réputé des environs. Les viandes grillées y sont particulièrement appréciées et le cidre y est servi directement aux tonneaux… à volonté !
 
Bardenas Aventure est une agence de tourisme résolument orienté vers la randonnée et l’hébergement, elle est dirigée par le bardenero José Maria Samanes (l’un des plus fins connaisseurs des Bardenas). Avec José Maria, les Bardenas se parcourent à pied, à vtt, à cheval, et en 4x4… à vous de choisir !
 
Bardeneras est incontestablement l’hôtel le plus insolite de toute la Navarre. Il est établi dans d’anciens habitats troglodytes, superbement réhabilités et présentant tout le confort moderne. Bardeneras est dirigé par Ruben Mendi, bardenero tant réputé qu’apprécié, qui vous proposera aussi de multiples autres services accompagnés de précieux conseils.
 

Bornax, Bardenas Aventure, Bardeneras et le site internet www.bardenas-reales.net vous souhaitent la bienvenue dans le désert des Bardenas !

 

 

10 ans !

Le site www.bardenas-reales.net fête ce mois-ci son dixième anniversaire !

Créé en novembre 2004 par Frédéric Moncoqut (webmaster et auteur de livres), ce site internet peut aujourd’hui s’enorgueillir d’être le plus gros, le plus exhaustif et le plus attrayant de tous les sites traitant des Bardenas (même en Espagne il n’existe pas d’équivalant).

www.bardenas-reales.net est composé d’environ 250 pages, près de 700 photographies et vidéos, et affiche au compteur plus de 187 000 visiteurs (3 000 visites par mois, chiffre variable selon les saisons) dont certains sont des fidèles de la première heure.

Les trois premières années d’existence du site furent pourtant modestes et hasardeuses : Très mal référencé sur les moteurs de recherches et ne comportant qu’une petite vingtaine de pages, il n’accueillait à l’époque pas plus de sept ou huit visiteurs par jour.

Le site ne décolla réellement qu’en 2008, année où il monta rapidement en notoriété jusqu’à attirer une soixantaine de visiteurs journaliers !

En 2010 le site subit une profonde refonte de sa présentation visuelle : le fond bleu, par exemple, fut remplacé par un fond plus couleur locale, et le logo connut le même sort. Cette évolution fut récompensée par une nouvelle hausse de la fréquentation, une centaine de visiteurs par jour.

En haut, le site tel qu'il était présenté de 2004 à 2010, et à droite dans sa présentation actuelle.

Aujourd’hui, en cette année 2014, le site internet www.bardenas-reales.net est considéré comme étant LA référence en matière de Bardenas. Les innombrables informations qui s’y trouvent (régulièrement mises à jour) sont les plus précises et les plus récentes que l’on puisse trouver sur le web !

Le logo du site de 2004 à mi-2010

.
de mi-2010 à 2014,... et au-delà.

Vous êtes novice en matière de Bardenas ? Vous trouverez ici toutes les infos qui vous permettront de découvrir et de parcourir cette extraordinaire région.

Vous êtes un passionné confirmé des Bardenas ? Vous pourrez vous tenir informé de l’actualité locale dans l’onglet "Flash infos", comme si les Bardenas s’invitaient directement chez vous.

A l’occasion de ce dixième anniversaire, le webmaster (Fred Moncoqut) vous remercie pour votre fidélité sans faille et pour vos nombreux messages de félicitation et d’encouragement.

Merci à tous !

 

Nota : Frédéric Moncoqut a créé et assure seul la gestion du site internet www.bardenas-reales.net en pur bénévolat. Vous pouvez l’aider et le soutenir dans ce travail en lui envoyant un don du montant de votre choix. Merci à vous.

 

 

Le travail de la terre reprend :

En ce mois d’octobre débutent les labours et ensemencements d’automne.

Ensemencement dans la zone de la Pisquerra.

Les vastes champs agricoles sont pour le moment totalement dépourvus de toute trace de végétation, mais dès février prochain ces terres se teinteront progressivement de vert pour ressembler au printemps à un véritable jardin d'éden verdoyant.

Ensemencement dans la zone de la Pisquerra.

Nous devons ces photos toutes fraiches à notre ami bardenero José Maria Samanes.

 

 

Cinquième course VTT "Bardena Negra" :

La cinquième course VTT "Bardena Negra" s'est déroulée dimanche dernier (28 septembre).

Moins réputée et bien moins éprouvante que la célèbre course "Extreme Bardenas", organisée par la commune d’Arguedas, la course "Bardena Negra" n’en demeure pas moins très attractive (voir "Flash infos 2010").

Pour cette année 2014, les 240 participants ont parcouru 70 km de pistes poussiéreuses dans un décor très vallonné et rocailleux. Le grand vainqueur pour la catégorie masculine a réalisé un temps de 02h31mn, et dans la catégorie féminine la première à franchir la ligne d'arrivée réalisa un temps de 04h08mn.

.

Photo : Diario de Navarra.

Cette course est organisée chaque année par le Club Cycliste Portimayor de Fustiñana. Plus d'infos concernant cette édition 2014.

 

 

Pisquerra, Ralla et Rallon, enfin accessibles !

Aujourd’hui, jeudi 18 septembre, l'interdiction d'accès aux sites de la Pisquerra, du rallon et de la Ralla vient d'être levée, mais comme toujours pour une durée indéterminée. Le flou persiste donc sur les dates à venir concernant la prochaine fermeture de la zone au tourisme.

En attendant, vous constaterez avec plaisir que les panneaux d'interdiction ont été remplacés par des panneaux gris et sans inscriptions.

Nota : La grande pétition du printemps derniers et les nombreuses réunions qui en découlèrent laissent penser très sérieusement que la réglementation touristique sera prochainement assouplie (pour 2015 ?), mais pour le moment rien ne filtre. Donc, patience...

 

 

Transhumance et bergers américains dans les Bardenas :

Aujourd'hui, jeudi 18 septembre, s'est déroulé un évènement traditionnel qui se reproduit depuis des siècles : l’entrée des troupeaux transhumants dans les Bardenas.

Depuis des temps immémoriaux, les bergers des vallées pyrénéennes de Roncal et de Salazar conduisent leurs brebis dans les Bardenas afin qu’elles y passent l’hiver dans des conditions moins rudes qu’en montagne. L’entrée a lieu le 18 septembre de chaque année par un site connu sous le nom de "el Paso" (au nord de la Bardena Blanca).

Entrée des troupeaux dans les Bardenas par El Paso. Photo : Conchi Barrachina Goyena.

Cette année 2014 est assez particulière, car l’entrée des troupeaux dans les Bardenas a été proclamée sur place par un groupe de bergers nord-américains !

Mais que viennent faire ici des bergers venus de si loin ?

La raison est aussi simple qu’émouvante : Ces bergers sont en réalité tous originaires de quelques vallées pyrénéennes, ils ont émigrés aux Etats-Unis il y a de cela de nombreuses décennies et c’est non sans émotion qu’ils reviennent pour la première fois sur leur terre d’origine.

Cette transhumance 2014 leur est donc en quelque sorte dédiée.

 

 

Carcastillo fête aussi les Bardenas :

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en cette fin d’été 2014 les villages proches des Bardenas nous réservent un grand nombre de manifestations festives !

Carcastillo, petite localité situé au nord-ouest de la Bardena del Plano, vous propose la II° Fête des Usages Traditionnels des Bardenas, qui se déroulera le wek-end prochain (20 et 21 septembre).

De nombreux artisans s’empareront des rues et places du village pour les convertir en un véritable marché champêtre. Il vous sera possible de découvrir les pratiques actuelles et ancestrales des paysans bardeneros (tonte de brebis, atelier de forge, exposition d’outils antiques, visite guidée de la localité, animation pour enfants, ...).

Notons qu’il y aura un concert de musique antique, samedi à 20h30, dans l’église de San Salvador.

Tout le programme des festivités est consultable ici.

 

 

Le "Bardenero Mayor 2014" est ... une vallée pyrénéenne !

Grande surprise !!! L'association des chasseurs et pêcheurs des Bardenas Reales de Navarre a choisi comme "Bardenero Mayor 2014" une vallée pyrénéenne, celle de Roncal !

Explication : Cette vallée a été la première des 22 entités que la Communauté de Bardenas à recevoir des droits d'usage dans les Bardenas, ces droits ayant été concédés par la couronne de Navarre en l’an 882. Il s’agit donc là d’un hommage aux bergers de cette vallée qui, chaque année, effectuent leur transhumance hivernale vers les Bardenas depuis plus de 1132 ans !

Cette récompense sera décernée aux bergers de la vallée de Roncal dimanche prochain (21 septembre) à Peralta lors de la fête "Dia de Bardenas".

Petit rappel : Qu'est-ce qu'un Bardenero Mayor ? Il s'agit d'un titre prestigieux attribué chaque année à un homme qui se sera distingué pour son amour des Bardenas. Un bardenero Mayor doit faire preuve d'une passion perpétuelle pour les Bardenas, il doit porter cette terre dans son cœur, en parler, la faire connaitre tel un ambassadeur bénévole, et en avoir une très bonne connaissance par son travail ou par ses loisirs.

A droite : Le diplôme du "Bardenero Mayor 2014".

 

 

"Dia de Bardenas", la grande fête des Bardenas :

Chaque année un village bardenero est élu afin qu’il y soit organisé le "Dia de Bardenas", la grande fête des Bardenas. Pour 2014, cette festivité se déroule le 21 septembre prochain à Peralta.

En temps normal la fête "Dia de Bardenas" coïncide avec l’entrée des troupeaux pyrénéens dans les Bardenas, c’est-à-dire vers le 18 septembre. Cette année la fête prend donc quatre jours de retard.

 

Si vous souhaitez assister à la fête "Dia de Bardenas", vous pouvez consulter le programme.

 

A droite : L'affiche "Dia de Bardenas 2014". Notez la présence du Castildetierra (le symbole des Bardenas) mais aussi le mont Fraile Alto qui est le massif emblématique du sud des Bardenas.

 

 

Les "Paysages du Western" au Cin’espaces de Pau :

Pour cette cinquième édition, carte blanche a été donnée à Alain Garel, journaliste, historien du cinéma et cinéaste : il a participé à la programmation cinématographique et donnera, le samedi 27 septembre à la médiathèque André Labarrère, une leçon de cinéma en proposant des extraits de westerns laissant la part belle aux paysages.

S’appuyant sur le média de la photo argentique, la médiathèque accueillera également du 16 au 27 septembre l’exposition de Gilles Martin consacrée au désert des Bardenas Reales dont les paysages inspirèrent plusieurs réalisateurs de westerns.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

A droite : L'affiche avec pour toile de fond les reliefs de la Pisquerra.

 

 

Canaux d’irrigation : SOYEZ PRUDENTS !

Nous en avons déjà parlé dans ce site internet, la piste qui longe le canal "Cinco Villas" est aussi plaisante à parcourir que dangereuse. Un père et sa fille y sont morts noyés en 2013 (voir "Flash infos 2013"), et un vététiste a connu le même sort au printemps dernier ("Flash infos 2014").

Hier (mercredi 20 août) à 18h30, un technicien du réseau d’irrigation a découvert un véhicule immergé dans les eaux froides et rapides du canal.
Alertés et arrivés sur place peu de temps après, la Guardia Civile et les pompiers constatèrent qu’il s’agissait d’un véhicule Hyundai Tucson immatriculé en Aragon. A l’intérieur ils trouvèrent les corps de deux hommes de 37 et 47 ans ainsi que celui d’une jeune femme de 25 ans. Les dépouilles ont été transportées à l’institut médico-légal de Saragosse pour autopsie.

Photo : heraldo

De l’avis de tous, les causes de l’accident semblent évidentes : Une vitesse excessive supérieure à une trentaine de km/h est suffisante pour perdre le contrôle d’un véhicule sur cette piste gravillonneuse et fréquemment sinueuse. Le plongeon dans le canal est alors quasi-inévitable !

Dans le cas présent, comme bien souvent, le Hyundai Tucson est tombé sur le toit au fond du canal. Le lit du canal étant en forme de V, il est alors absolument impossible d’ouvrir les portières pour s’extraire du véhicule. Les occupants sont donc morts noyés, et on l’imagine assez facilement, dans un état de panique totale !

Bon à savoir : La piste qui longe le canal "Cinco Villas" est théoriquement interdite d’accès, mais l’emprunter s’avère tellement agréable (à pied, à vtt ou en automobile) qu’il arrive que des touristes ne puissent résister à l’envie de s’y rendre. Hors, il s’avère que cette piste est gravillonneuse et fréquemment sinueuse, donc, si vous n’y prenez pas garde, les dérapages en automobile ou à vtt s’avèreront fréquents et l’absence de barrières de sécurité vous garantira un plongeon direct dans les eaux froides et rapides du canal !

Si vous souhaitez randonner le long de ce canal, montrez-vous très prudent ! Car aucun secours ne viendra à vous en ce lieu peu fréquenté !

Nota : Le canal "Cinco Villas" longe la limite orientale des Bardenas du nord au sud, sur toute sa longueur.

 

Recommandations si vous tombez dans un canal.
.
Vous êtes en voiture :
Autant le dire tout de suite, si votre véhicule tombe à plat sur ses roues ou sur le toit vos chances de vous en sortir vivant sont quasi-nulles ! (la forme en V du lit du canal vous empêchera d’ouvrir vos portières).
Par contre, si vous tombez en biais vous arriverez peut-être à sauver votre vie, à condition que la puissance du courant ne vous empêche pas d’ouvrir votre portière ou même de sortir par la fenêtre.
.
Vous êtes à pied, à VTT ou en moto :
Surtout ne paniquez pas, car vous avez toutes les chances de vous en sortir sain et sauf !... sous réserve que vous sachiez nager.
Ne vous préoccupez pas de vos affaires tombées à l’eau (sacs, vtt, moto, etc) et pensez plutôt à sauver votre peau.
Ne luttez surtout pas contre le courant, ce serait peine perdue et vous vous fatigueriez inutilement jusqu’à votre mort par noyade !
Bref, laissez-vous porter tranquillement par le courant en veillant seulement à garder la tête hors de l’eau ; quelques dizaines ou centaines de mètres plus loin (selon l’endroit où vous êtes tombé) vous trouverez un escalier en béton qui vous permettra de sortir de l’eau. Si vous loupez cet escalier, sachez qu'il y en a d'autres à intervalles réguliers.

 

Cette info vous choque ? Vous pensez qu'elle n'a rien à faire dans ce site ? Explication ici.

 

 

Une super-lune illumine les Bardenas :

La nuit du 09 au 10 août dernier a été marquée par un phénomène astronomique aussi rare que poétique : une super-lune !

Une super-lune coïncide avec le moment où notre satellite naturel, la lune, se trouve au plus près de la terre. Elle apparaît alors 16 % plus grande que d’accoutumé et 30 % plus brillante.

Comparatif des différentes tailles apparentes de la lune. A gauche telle que l’on a l’habitude de la voir, et à droite en « mode » super-lune.

Cet événement se produit une à quatre fois par an, mais la super-lune de cette nuit fut la plus extrême de l’année 2014.

En effet, notre lune se trouvait à 356 896 km, soit 27 504 km plus proche de nous que d’habitude (la distance moyenne terre-lune est de 384 400 km et son point le plus éloigné se situe à 406 740 km, l’orbite de la lune est excentrique).

La prochaine super-lune extrême sera visible le 14 novembre 2016, notre satellite se situera à 356 511 km de la terre.

Notez qu’une autre super-lune, moins importante, aura lieu 28 septembre 2015. Ne la ratez surtout pas car elle sera marquée d’une éclipse lunaire ! Spectacle grandiose en prévision, surtout si vous l’observez depuis les Bardenas !

Même si la réglementation l’interdit, la tentation de se rendre dans les Bardenas pour observer une super-lune est très grande. C’est ce qu’ont fait les guides de l’agence Vereda del Cierzo (photo ci-dessus).
Avec 30 % de luminosité en plus, cette nuit a été exceptionnellement claire. Si vous aviez été dans les Bardenas vous auriez même pu vous abstenir d’allumer les phares de votre voiture pour y circuler, et l’utilisation d’une lampe frontale aurait été totalement inutile pour lire votre livre favori !
.

Les super-lunes sont visibles de partout sur terre, du moment que le ciel est bien dégagé.

 
Ci-dessus, la super-lune du 09 août 2014 vue depuis un pont de Skopje (capitale de la Macédoine). Les badauds se sont rassemblés pour observer le phénomène.
   
Photo : Sipa

 

 

La renarde de Doña Blanca, nouveau témoignage :

Habitué de longue date aux Bardenas, Laurent Ribas est aussi l’un des plus fervents fidèles du présent site internet et il n’hésite pas de temps à autre à nous envoyer quelques témoignages et photographies.

Aujourd’hui (vendredi 25 juillet), Laurent nous apporte des nouvelles toutes fraîches de la renarde de Doña Blanca, et ces nouvelles ne font malheureusement que confirmer ce que nous disions il y a une dizaine de jours (voir l’article un peu plus bas).

La renarde est donc très amaigrie et elle semble tout autant affaiblie ; d’ailleurs, les propos de Laurent le confirment : " Quand je l’ai rencontré elle est venue me vider mon pot de pâté ! "

La renarde de Doña Blanca vient de finir de manger un pot de pâté que lui a donné Laurent. . . Photo : Laurent Ribas
 

Cet état de faiblesse est très surprenant car en cette saison la renarde est d’ordinaire très vive et en parfaite santé.

Son âge serait-il en cause ? C’est bien possible.

Au sujet de la renarde de Doña Blanca, vous pouvez voir d’autres photos, témoignages et infos dans de nombreuses pages de ce site internet : « Flash infos 2009 », « Flash infos 2010 », « Flash infos 2011 », « Flash infos 2012 », « Flash infos 2013 » et « Livre d’Or 7 », « Livre d’Or 8 », « Livre d’Or 9 », « Livre d’Or 10 ».

 

 

Juanito n’est plus :

Juanito ("Petit Jean" en Français).

Juanito (prononcez "Roi-ni-to"), mais qui est Juanito ?

Ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant de nombreux touristes français et espagnols en gardent de très bons souvenirs.

Juanito est un chat, une mascotte pourrait-on même dire, celle des grottes Bardeneras situées à Valtierra. Ce chat est connu de tous ceux qui ont séjourné ne serait-ce qu’une fois dans cet hôtel troglodyte.

Très sociable, il accourt pour faire connaissance dès qu’une grotte est occupée par des touristes.

En pleine saison, lorsque l’hôtel affiche complet, Juanito donne l’impression d’être partout à la fois, participant aux repas des uns et des autres, se laissant caresser avec délice par les enfants, et s’invitant même parfois la nuit à dormir au pied d’un lit !

Mais ça c’était avant, car Juanito n’est plus.

Le propriétaire des lieux, Ruben Mendi, vient de nous informer de cette nouvelle qui en attristera plus d’un : Juanito est mort hier, samedi 19 juillet.

Ci-dessus : Le webmaster du présent site internet, Fred Moncoqut, avec Juanito.
A droite : Fred et sa fille Maélys, Juanito est aux anges (sans mauvais jeu de mot).

 

 

Fortes chaleurs, soyez prudents !

Un important flux d’air chaud en provenance directe du Sahara recouvre depuis quelques jours la majeure partie de la péninsule ibérique, le vent du sud est donc chaud, sec et dans le cas présent assez violent. Pour preuve, vendredi dernier (18/07), le vent a soulevé au-dessus de la Bardena Blanca une importante quantité de poussière, provoquant de ce fait un épais voile opaque. Il est fort à parier que les randonneurs pris dans cette étrange atmosphère ont du se poser bien des questions.

Un vent chaud et sec souffle sur les Bardenas, provoquant l'apparition d'un épais voile opaque de poussière !

Photos : José Maria Samanes.

Durant ces jours derniers les températures se sont élevées à plus de 36°c à l’ombre, c'est-à-dire plus de 46°c en plein soleil !

Des températures élevées et une insolation très importante, voici à quoi vous devrez vous attendre si vous vous rendez dans les bardenas en plein été.

De nombreux touristes semblent négliger les risques liés à la chaleur, ces risques ne sont pourtant pas à prendre à la légère !

Quelques précautions s’imposent : Pensez à vous protéger du soleil (chapeau, lunettes, etc) et de la chaleur (buvez de l’eau, beaucoup d’eau, et n’hésitez pas à acheter quelques très rafraîchissants vaporisateurs d'eau).

Si les prévisions annoncent des températures à l'ombre supérieures à 35°, évitez de vous aventurer dans les Bardenas, surtout durant les heures les plus chaudes de la journée (de 10h00 à 19h00).

N’oubliez pas que l’ombre est un luxe rare dans les Bardenas. En cas de problème, sachez que c'est au fond des barrancos (ravins) que vous aurez le plus de chance de trouver un peu d’ombre, mais ne comptez pas y trouver de la fraîcheur. En été, où que l'on se trouve, Bardenas = chaleur.

Pensez à consulter les prévisions météo avant de vous rendre dans les Bardenas.

 

 

La renarde de Doña Blanca, toujours là, mais très discrète :

Pendant un temps nous pouvions craindre le pire pour la renarde de Doña Blanca, car contrairement aux années précédentes notre petit canidé n’a montré le bout de son nez que très tardivement... et très discrètement.

Nous devons ces deux photographies à José Maria Samanes. Il rencontra la renarde dimanche dernier (13/07), en fin de matinée, dans le Vedado de Eguaras.

La renarde n’est donc pas morte, elle a passé la difficile période hivernale avec succès et elle a échappé aux coups de fusil des chasseurs.

Ceci dit, il faut bien reconnaître qu’elle parait aujourd’hui bien amaigrie, et comment expliquer cette inhabituelle discrétion ? Car tous ceux qui ont déjà rencontré la renarde de Doña Blanca savent à quel point elle est d’ordinaire très sociable.

Son âge serait-il en cause ? Ou aurait-elle été maltraitée ?

Questions pour le moment sans réponses.

Au sujet de la renarde de Doña Blanca, vous pouvez voir d’autres photos, témoignages et infos dans de nombreuses pages de ce site internet : « Flash infos 2009 », « Flash infos 2010 », « Flash infos 2011 », « Flash infos 2012 », « Flash infos 2013 » et « Livre d’Or 7 », « Livre d’Or 8 », « Livre d’Or 9 », « Livre d’Or 10 ».

 

 

Pétition, réunions, ... tout va bien, mais on a échappé au pire ! ! !

La pétition récemment organisée, ainsi que les nombreuses réunions qui en découlèrent, sont en train de payer de manière très positive. Les habitants des villages proches des Bardenas se sont donc exprimés très clairement sur leurs attentes et sur leurs exigences, et de toute évidence les responsables du Parc Naturel des Bardenas ont décidé d’en tenir compte.

Au premier abord la population s’était pourtant montrée plus que méfiante, et même très sceptique tant qu’à l’utilité de ces débats.

Certaines réunions n’eurent qu’un succès mitigé, n’attirant parfois pas plus d’une quinzaine de personnes comme ce fut le cas à Caparroso. Les deux principaux villages d’accueil des touristes, Valtierra et Arguedas, attirèrent tant qu’à eux un très grand nombre de participants.

Le bilan est donc pour le moment assez positif même si on ne connaît pas encore en détail les nouvelles résolutions qui suivront.

 

Les réunions ont été instructives en de nombreux points, notamment en ce qui concerne les projets d’avenir que nous réservaient les responsables du Parc Naturel. Ces projets d’avenir sont aujourd’hui purement et simplement annulés, mais ils méritent d’être connus ; jugez plutôt :

- Nous avons appris, par exemple, que le tourisme était considéré jusqu’à présent très préjudiciable pour l’équilibre naturel des Bardenas ! Ceci étant bien entendu contestable.

- On apprend aussi que les responsables du Parc Naturel souhaitaient ne recevoir que des "touristes de qualité" ! C'est-à-dire des touristes qui se contenteraient de circuler en automobile le long de la piste du polygone, et qui ne mettraient pied à terre que pour quelques poses photographiques ! On aura tout vu !

- D’ailleurs, l’un des projets devant voir le jour dans un très proche avenir consistait à faire circuler des bus électriques remplis de touristes, toujours le long de la piste du polygone, et d’interdire progressivement l’accès aux Bardenas aux véhicules particuliers !

- Il a également été confirmé que les zones Pisquerra – Rallon – Ralla allaient être prochainement interdites d’accès de manière définitive ! Bien heureusement il n'en sera rien !

- Une interdiction aberrante vient d’être levée (cela ne concerne que les autochtones) : depuis de nombreuses années il était strictement interdit de rénover les maisonnettes pastorales, et au final les maisonnettes en ruine se comptent maintenant par dizaines !

Pour s’exonérer de toutes responsabilités, les employés du Parc Naturel se défendent en déclarant que ces projets datent de l’époque Gayarre (l’ancien président des Bardenas), mais ce qu’ils omettent de dire c’est que si le président a changé, l’équipe est restée la même et les projets ont été maintenus !

Gageons qu’il y a encore bien des choses scandaleuses à découvrir, mais rassurons-nous car tout cela ne nous concerne plus, nous avons échappé au pire !

Ce n’est pas encore officiel, mais nous pouvons dès maintenant affirmer que la réglementation touristique en vigueur dans les Bardenas sera prochainement assouplie, ... pour le plus grand bonheur des touristes et des randonneurs !

 

 

"Extreme Bardenas 2014", la course du désert :

La célèbre course VTT "Extreme Bardenas" s'est déroulée aujourd'hui, dimanche 29 juin.

Cette dix-septième édition a vu la participation de 1464 vététistes qui ont parcouru pas moins de 105 km de pistes poussiéreuses !!!

Cette course prestigieuse a fêté cette année le vingtième anniversaire du club cycliste d’Arguedas (club organisateur de l’Extreme Bardenas).

Rares sont les français à avoir participé à cette course VTT particulièrement éprouvante, seulement 18 français pour l'édition 2014 (11 originaires des Pyrénées Atlantiques, et 7 des Landes). Alors si vous êtes un mordu du vélo, n’hésitez pas, inscrivez-vous l'année prochaine pour l'Extreme Bardenas 2015 !

Informations concernant la course 2014 (en espagnol).

 

 

Nota : Vous êtes un passionné du vélo extrême et vous allez participer à la course VTT « Extreme Bardenas » ? Le webmaster du présent site internet attend votre témoignage !

Contact email : bardenaragon@orange.fr

 

 

Reportage dans la revue "Pays Basque" :

La revue "Pays Basque", éditée par "Pyrénées magazine", présente dans son numéro spécial été 2014 un reportage de neuf pages intitulé "Bardenas Reales, désert vivant".

Bien écrit, donc plaisant à lire, ce reportage accorde aussi une courte interview à notre ami bardenero José Maria Samanes en dernière page.

Seul bémol, comme bien souvent pour les reportages sur les Bardenas, aussi bien écrits soient-ils, les textes restent jalonnés d’infos erronées (erreur concernant la superficie du territoire, nouvelle erreur pour ce qui est de l’exploitation du charbon qui est en réalité bien plus ancienne que ce que laisse entendre le reportage, encore une autre erreur lorsqu’il est déclaré que la maisonnette de Pancho est utilisée comme logement touristique, etc) …

Tout le monde ne peut pas s’improviser expert des Bardenas.

"Pays Basque" spécial été 2014.

 

 

Location près des Bardenas, le meilleur choix :

 

Vous cherchez un lieu d’hébergement insolite, accueillant et chaleureux ? Bref, le meilleur qui soit ?

Vous ne trouverez pas mieux que les habitations troglodytes de Valtierra (grottes creusées dans les falaises du village).

Vous aurez le choix entre 8 grottes pouvant accueillir au total pas moins de 56 personnes !

Calmes, confortables, bien équipées, fraîches en été et chaudes en hiver, ces grottes sont disponibles toute l’année à des prix attractifs.

Il est à noter que le propriétaire des lieux, Ruben Mendi, est un grand passionné des Bardenas Reales. Cet authentique bardenero est une figure locale incontournable pour qui veut découvrir le désert des Bardenas.

 

Vous voulez tout savoir sur Ruben Mendi ? Alors cliquez ici.

Le site internet de Ruben.
Fred Moncoqut (webmaster du présent site internet) avec Ruben.

 

 

Découverte des Bardenas, le meilleur choix :

 

Vous souhaitez sortir des circuits touristiques traditionnels ?

Vous recherchez le parfum de l'aventure ?

Alors vous ne trouverez pas meilleur connaisseur des Bardenas que José Maria Samanes !

José Maria est un authentique bardenero, il parcourt inlassablement les Bardenas depuis sa plus tendre enfance, et cela tant à pied, qu’à cheval, qu’en véhicule tout-terrain. Les Bardenas, peu de bardeneros peuvent prétendre les connaître aussi bien que lui !

José Maria met à votre service son exceptionnelle connaissance du territoire. Il vous fera découvrir les lieux les plus réputés et les plus spectaculaires, mais aussi les plus secrets, les plus reculés et les plus énigmatiques.

Bref, avec José Maria, vous sortirez des sentiers battus pour plonger au cœur des Bardenas !

 

Vous voulez tout savoir sur José Maria Samanes ? Alors cliquez ici.

L'un des sites internet de José Mari. a
José Maria avec Fred Moncoqut (webmaster du présent site internet).

 

 

Une bombe, parmi tant d’autres ...

Des bombes larguées qui n’explosent pas, c’est une chose assez fréquente pour celles qui ne comportent qu’une charge explosive faible ou nulle (bombes d'entrainement).

Les carcasses de bombes ayant servi aux entrainements militaires sont très nombreuses dans l’enceinte du polygone de tir (zone interdite d’accès), et si la plupart sont simplement posée au sol en voici une qui se présente dans une position plutôt étrange : Regardez bien, cette bombe a littéralement perforé la roche sans exploser, surprenant non ?

 

A en juger par une corrosion déjà assez avancée, ainsi que par la végétation qui a poussé dans le trou, il parait évident que cette bombe se trouve ici depuis de nombreuses années.

 

 

L’après pétition, les réunions se poursuivent :

Les réunions se poursuivent à un rythme très soutenu ! Après Valtierra il y a six jours, puis Villafranca et Marcilla lundi dernier, la septième réunion a eu lieu hier soir à Caparroso (mardi 17 juin). Comme pour toutes les réunions précédentes, la population a été prestement invitée à y participer.

L’objectif de ces réunions est d’exposer diverses propositions destinées à établir dans les Bardenas des règles touristiques plus "intelligentes", plus souples et moins dictatoriales.

Les choses continuent donc à avancer, toujours dans le bon sens, ... à priori.

Les prochaines réunions se dérouleront à Falces (17 juin), Santacara et Melida (19 juin), Tudela (24 juin), Corella (25 juin), Carcastillo et Arguedas (26 juin), Peralta et Cortes (30 juin), Buñuel (01 juillet), Cabanillas et Fustiñana (02 juillet), et pour finir dans les vallées pyrénéennes de Roncal et de Salazar (03 juillet). Nous devrions connaitre le bilan de ces réunions avant la fin de l'été, espérons qu'il soit positif !

A droite : "Acude y participa, tu opinion cuenta ! Va et participe, ton opinion compte ! " D’un village à l’autre l’affiche reste la même, seule la date et le blason de la commune concernée changent.

 

 

L’après pétition, premières réunions :

La première réunion destinée à négocier de nouvelles règles touristiques a eu lieu mardi dernier à Funes, puis les deux suivantes hier à Cadreita et à Milagro.

Aujourd'hui, jeudi 12 juin, c'est au tour de la bourgade de Valtierra d'entrer dans le débat. La réunion débutera à 19h00 dans la Salle Culturelle du village.

Les choses avancent, à priori dans le bon sens.

 

 

 

A gauche : Affiche placardée un peu partout à Valtierra,"Acude y participa, tu opinion cuenta !" (Va et participe, ton opinion compte !).

 

 

 

Bientôt une réglementation touristique assouplie ?

Ça y est ! La grande pétition lancée contre la gestion touristique dictatoriale des Bardenas semble porter ses fruits ! (voir article plus bas dans cette page web)

Les responsables du Parc Naturel des Bardenas acceptent d’ouvrir le débat avec les habitants des localités bénéficiant du droit d’usage des Bardenas (concessions royales), à savoir 19 villages du sud de la Navarre, 2 vallées pyrénéennes et le monastère de la Oliva.

Des réunions seront organisées dans chacune des localités durant les mois de juin et de juillet de cette année 2014. L’objectif étant de recueillir des propositions afin que le tourisme soit enfin géré de manière intelligente.

Alors allons-nous vers un assouplissement des règles touristiques ?

La Pisquerra et le Rallon seront-ils de nouveau accessibles librement ?

Photo : Les randonneurs remportent une première victoire pour des Bardenas "libres" !
Il semblerait bien que oui !

 

 

Des Bardenas aux couleurs polynésiennes !

Voici une photo aussi belle qu’insolite réalisée par l’un des guides de l’agence de tourisme "La vereda del Cierzo".

Un lagon aux couleurs envoutantes, bleu émeraude, sommes-nous vraiment dans les Bardenas ou dans une ile polynésienne ?

Cette étendue d’eau est l’étang de Zapata, situé dans la Bardena Blanca.
Au fond nous voyons les hautes falaises du Rallon et de la Ralla. . . . Photo : La vereda del Cierzo.

 

 

Présence militaire dans les Bardenas : La solution ?

Un peu d'humour ...

 

 

¡ PoligoNO de tiro, Gasto social SI !

La 27° marche anti-polygone de tir a eu lieu aujourd'hui, dimanche 01 juin, en milieu de journée.

Les manifestants se sont rassemblés à 11h30 devant le Centre d’Informations d’Aguilares, et le départ vers l’entrée de la base militaire a débuté une demi-heure plus tard.

La 27° manifestation anti-militaire voit l’apparition d’un nouveau slogan, "¡ PoligoNO de tiro, Gasto social SI !", ce slogan étant inspiré d’une déclaration très critiquée du ministre de la défense (voir l’article intitulé "Esto es gasto social" dans cette page web).

En haut : La marche anti-polygone de tir rassemble chaque année plusieurs centaines de manifestants.

La Guardia Civil (Gendarmerie espagnole) est là elle aussi, tant à terre que dans les airs, et veille à ce qu’il n’y ait aucun débordement.

 

 

"Embouteillages" en prévision dans les Bardenas :

La 27° marche anti-polygone de tir aura lieu le dimanche 01 juin prochain en fin de matinée.

Le rassemblement des manifestants se fera à 11h30 devant le Centre d’Informations d’Aguilares, et le départ vers l’entrée de la base militaire est programmé pour 12h00.

Si vous avez l’intention de partir en randonnée ce jour là, attendez-vous à quelques embouteillages. Le mieux sera de vous rendre dans les Bardenas par l’entrée nord, c'est-à-dire par el Paso.

 

 

 

A droite : L'affiche 2014 de la marche anti-polygone de tir.

 

 

Trois véhicules embourbés dans les Bardenas :

Hier en fin d’après-midi (samedi 24 mai), trois automobiles transportant au total six adultes et six enfants ont été surpris par de fortes pluies accompagnées de vents violents. Ces véhicules se sont retrouvés presque aussitôt embourbés dans une boue épaisse et collante.

En l’espace de seulement 2h30 il est tombé dans les Bardenas pas moins de 45 mm d’eau par mètre carré ! et au plus fort de la tempête, il a été enregistré 30 mm de pluie et de grêle en seulement une heure !!!

Les services de secours de Navarre ont été alertés à 18h10, et ce sont des véhicules tout-terrains de la Police et des pompiers de Tudela qui sont intervenus afin de secourir les « naufragés » des Bardenas. Ces derniers s’en sont sortis sans dommages.

 

 

Photo prise hier après-midi par les guides « Compañia de Guias de las Bardenas ».

Cet incident n’est pas un cas isolé, chaque année bon nombre d’automobilistes se retrouvent ainsi enlisés sur des pistes boueuses. La prudence s’impose donc, et tout particulièrement durant et après de fortes pluies (quelques photos très parlantes).

Ici, dans la Blanca Baja, la piste du polygone est devenue impratiquable car inondée par les eaux d'un barranco.
Photo : « Compañia de Guias de las Bardenas »

 

 

Circuler le long des canaux, aussi plaisant que dangereux :

Nous en avions déjà parlé dans "Flash infos 2013", puisqu’en mai de cette année une automobile avait plongé dans le "Canal Bardenas", noyant ainsi un père et sa fille.

C’est maintenant le tour d’un vététiste de connaître ce triste sort !

En effet, un habitant du village de Sangüesa, âgé de 37 ans, a disparu lundi dernier vers 14h30. Les services de secours ont rapidement retrouvé le vtt du disparu, en bordure du "Canal Bardenas", mais le corps du malheureux n’a été repéré que le lendemain matin (mardi 20 mai) vers 07h00 grâce un hélicoptère venu en renfort. L’homme gisait au fond du canal, mort noyé, et à pas moins de 17 km du lieu où son vtt a été découvert !

Cet accident s’est déroulé à quelques kilomètres au nord des Bardenas Reales et met en évidence la nécessité de se montrer extrêmement prudent lorsqu’on circule le long d’un canal.

Les canaux proches des Bardenas sont larges et profonds, et leurs eaux sont souvent froides et rapides. . . Photo : Frédéric Moncoqut

Les pistes qui longent le "Canal Bardenas" et le "Canal Cinco Villas" sont théoriquement interdites d’accès, mais les emprunter s’avère tellement agréable (à pied, à vtt ou en automobile) qu’il arrive que des touristes ne puissent résister à l’envie de s’y rendre. Hors, il s’avère que ces pistes sont gravillonneuses et fréquemment sinueuses, donc, si vous n’y prenez pas garde, les dérapages à vtt s’avèreront fréquents et l’absence de barrières de sécurité vous garantira un plongeon direct dans les eaux froides du canal !

Donc, si vous souhaitez randonner le long d’un canal, montrez-vous très prudent ! Car aucun secours ne viendra à vous en ce lieu peu fréquenté !

Il est très agréable de se promener le long des canaux "Bardenas" et "Cinco Villas", mais la prudence reste de mise. . . Photo : Alicia

 

Cette info vous choque ? Vous pensez qu'elle n'a rien à faire dans ce site ? Explication ici.

 

 

Des pompiers dans les Bardenas :

Les responsables du Parc Naturel des Bardenas Reales viennent de signer un accord de collaboration (vendredi 16 mai) avec les pompiers de Navarre, et cela dans le but de protéger certaines zones sensibles face à d’éventuels incendies. Pour satisfaire cet accord, plusieurs pistes ont été remises en état et de nombreux points d’eau ont été créés dans des zones stratégiques. Désormais, les pompiers pourront intervenir plus rapidement et plus efficacement qu’auparavant.

Intervention des pompiers sur un incendie s'étant déclaré dans le Vedado de Eguaras. . Photo : navarra.es

 

Nota : Parler d’incendies dans les Bardenas peut surprendre, qu’y aurait-il donc à bruler dans un désert ? Ce que peu de gens savent, c’est que les Bardenas sont bien plus qu’un simple désert, on y trouve aussi de vastes zones agricoles ainsi que de belles et sauvages forêts de pins.

Les pinèdes se situent principalement dans le Vedado de Eguaras, autour des Planas d’Alfarillo, dans les Caidas de la Negra, ainsi que dans la Bardena Aragonaise.

C’est donc aussi ça les Bardenas, une nature belle et diversifiée, mais cette nature n’en demeure pas moins très fragile.

Durant ces dernières années pas moins de quatre incendies, dont deux relativement importants, se sont déclarés sur le territoire, mais ce qui marque le plus les esprits c’est l’incendie dévastateur du Castellar, en Aragon, à 40 km d’ici : pas moins de 6.254 hectares de steppes et de pinèdes ont littéralement disparu du paysage ! (voir « Flash infos 2009 » et « Flash infos2010 »).

Force est de constater que si un incendie devait se déclarer dans les pinèdes des Bardenas, les dégâts occasionnés seraient catastrophiques ! Il est estimé qu’en pareil situation il faudrait plus de 400 ans pour que la nature y retrouve son état originel !

 

Le Castellar, en Aragon, avant (2009) et après (2010) l’incendie.
Cette vision fait froid dans le dos : les pins, nombreux avant l’incendie, ont laissé place à de vastes terres stériles, même la steppe n’a pas résisté à la fournaise. Les sols sont secs, poussiéreux, et totalement dénudés ; la couleur dominante est le blanc, parfois le gris ciment. Evitons que cela se produise dans les Bardenas !

 

 

AVIS AUX TOURISTES : IMPORTANT !!!

Des interdits ! Encore et encore de nouveaux interdits !... Vous souhaitez que cela cesse ?

Et bien la balle est dans votre camp !

Comment procéder ? En signant une pétition qui vient d’être lancée par les professionnels espagnols du tourisme.

Nous sommes tous concernés, et nous avons là l’opportunité unique de nous faire entendre.

 

Les interdits concernant la zone Pisquerra-Rallon-Ralla, sous prétextes d’assurer la tranquillité des grands rapaces, sont beaucoup trop nombreux et souvent sans fondements. Cette gestion dictatoriale des Bardenas provoque deux fâcheuses conséquences :

  • Excédés par des interdictions toujours plus nombreuses, les touristes se détournent peu à peu de la région.
  • L’économie locale est donc en péril ; les hôtels, gîtes, stations services, restaurants, bars, boulangeries, et autres magasins voient leurs chiffres d’affaire s’effondrer un peu plus chaque année.

La gestion du Parc Naturel des Bardenas Reales doit impérativement être revue et assouplie. Certains interdits doivent disparaître afin de restaurer l’attractivité de la région et la confiance des touristes.

Tel est l’objectif de cette pétition.

BON A SAVOIR : Cette pétition via internet vient en complément d’une pétition "papier" distribuée dans tous les commerces des villages proches des Bardenas. A ce jours plusieurs milliers de signatures ont été récoltées par pétition "papier", et quelques centaines par pétition "internet".

Joignez-vous au mouvement en signant cette pétition !

Merci à tous !

 

« Piden más participación vecinal en las decisiones de consistorios sobre Bardenas. »

Les problèmes soulevés par cette pétition commencent à faire couler beaucoup d’encre, à l’image de cet article paru le 12 avril dernier dans le journal « Diario de Noticias. »

 

 

Inspiration artistique :

Nombreux sont les artistes qui trouvent leur inspiration dans les Bardenas, parmi ceux-ci figurent en tête de liste les photographes et les peintres.

Un sculpteur sur bois vivant à Pampelune a lui aussi été très inspiré par notre désert bardenero lors de la création de l’une de ses œuvres, jugez plutôt.

Cette sculpture sur bois a été créée par Aingeru Ardaiz, elle représente deux sites emblématiques des Bardenas : La Pisquerra et le Castildetierra.

 

 

Un p’tit gars du nord dans les Bardenas :

Simon Handtschoewercker est un petit gars du nord de la France, et bien que vivant à seulement quelques kilomètres de la frontière belge, il se sent irrésistiblement attiré par des contrées plus lointaines et plus méridionales.

L’Espagne occupe une place particulière dans son cœur, il en apprécie la culture, l’histoire, l’architecture, et ses superbes paysages.

Les Bardenas ? Une première et modeste approche en 2012 lui laissa une impression très frustrante de visite bâclée, et donc incomplète. Très rapidement, il manifesta le désir ardant d’en découvrir plus sur cet étrange désert espagnol.

En découvrir plus,… oui, mais seul cela s’avère très compliqué, alors il sollicita l’aide de l’un des plus fins connaisseurs des lieux, Frédéric Moncoqut (webmaster du présent site internet).

Après de nombreux échanges d’emails, Frédéric accepta de s’improviser guide ; au programme, une virée 4x4 dans les Bardenas planifiée pour janvier 2014.

Le séjour se déroula sous les meilleurs auspices et cela, malgré une météo quelque peu capricieuse. Frédéric Moncoqut baroude dans les Bardenas et en divers lieux d’Aragon depuis plus de 20 ans, et comme convenu, il ne changea rien à ses habitudes : à savoir confort minimum, nuits passées à la belle étoile, sans tente, repas auprès d’un feu de camp, hygiène corporelle digne de celle d’un cowboy solitaire (mais néanmoins satisfaisante),... Pour lire la suite du récit, cliquez ici.

Simon, dans la Bardena Negra.

 

 

Un exemple à ne pas suivre :

Voici une petite mésaventure qui est arrivée en ce début d’année à un jeune bordelais.

Rien d’exceptionnel, mais la manière dont il raconte son histoire est assez amusante, ... en totale autodérision !

Ce jeune homme est connu sur les réseaux sociaux sous le nom de Ludo Laboulette. Joviale, plein d’humour et avouons-le un peu foufou, il est animé d’une grande passion pour les voyages.

Ainsi, en février dernier, il prenait la route au volant de son fourgon en direction du Maroc. Peu après avoir passé la frontière espagnole, il décida de faire une courte visite des Bardenas.

Les Bardenas, il connaît déjà pour s’y être rendu par le passé. Mais cette fois-ci les choses ne se passèrent pas comme prévu.

Tout d’abord Ludo décida de jouer les rebelles (selon ses propres termes) en faisant fi de la réglementation des pistes, puis, rapidement, il découvrit l’un des pires pièges que les Bardenas peuvent réserver aux imprudents : la gadoue !

En s’aventurant au nord du secteur de « Paso de las vacas », non loin du Castildetierra, il décida de faire du hors-piste à travers champs avec son fourgon (strictement interdit !!!) puis il se mit en tête de traverser un barranco. Grave imprudence ! Car en cette saison le fond des barrancos est gorgé d’eau et comme chacun le sait, les sols de notre désert sont éminemment argileux ! Et ce qui devait arriver arriva : le fourgon se planta net dans une boue argileuse et poisseuse.

Mais il en faut beaucoup plus pour démoraliser Ludo Laboulette, et c’est avec une certaine jovialité qu’il raconte sa mésaventure à Fred Moncoqut (webmaster du présent site internet) :

Ludo Laboulette

Dans un premier temps il reçu la visite d’un Garde du Parc Naturel des Bardenas Reales, Ludo raconte : « Le garde du parc qui est venu m’a gentiment expliqué que comme la piste est interdite il fallait que je me démerde. »

Fred : « Le Garde a beaucoup d’humour ! »

Ludo : « Oui, beaucoup d’humour, il est venu me voir à 14 heures et m'a dit de bien me couvrir pour la nuit car il allait faire froid, mais sympa de pas me mettre la multa ! »

Ludo poursuit : « J'ai appelé une dépanneuse après 5 heures à creuser à la pelle, mettre les chaines, faire 10 bornes à pied pour chercher un tracteur... journée sympa, et BORDEL, je me suis mouillé !!! »

Fred : « Sacrée galère, c'est une mésaventure que tu n'es pas près d'oublier, non ? C'est le genre de chose qui arrive lorsqu'on fait du hors-piste dans des secteurs interdits et sur terrains humides. Ludo, dans les Bardenas les sols sont éminemment argileux et tu n’es pas le premier à te faire piéger ! La preuve ! »

 

 

La Bardena Aragonaise a enfin son Centre d’Information :

Photo : Peperamon de cincovillas.com

Un nouveau Centre d’Information vient d’ouvrir dans le village de Valareña, en Aragon. Ce centre ne concerne pas les Bardenas Reales de Navarre, mais uniquement la Bardena Aragonaise.

Le Centre d’Information de Valareña occupe un bâtiment de l’ancienne école du village, le visiteur y trouvera de nombreuses cartes, photographies et renseignements en tout genre concernant la faune, la flore, la population, les traditions et l’histoire de cette partie aragonaise des Bardenas.

La similitude avec les Bardenas navarraises est principalement géographique et géologique ; pour le reste les paysages y sont très différents : car loin d'être un désert, la Bardena Aragonaise est avant tout champêtre et forestière. Il s’agit d’un espace naturel de grande beauté, un éden surprenant, somptueux, et pourtant curieusement méconnu.

Photo ci-dessus : Le Centre d’Information de la Bardena Aragonaise, situé rue Enseñanza à Valareña.
A voir aussi : Un livre de présentation de la Bardena Aragonaise (en français).

 

Les autres Centres d’accueil des touristes :

- Un second Centre d’Information de la Bardena Aragonaise devrait voir le jour près du Sanctuaire de Sancho Abarca, il sera consacré aux oiseaux qui vivent dans les environs (notamment les rapaces). Ce projet semble toutefois être actuellement en suspend.

- Le Centre d’Information Touristique d’Aguilares, situé au point d’entrée principal des Bardenas de Navarre, est un passage obligé pour tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur cette région désertique ; ce centre doit d’ailleurs être prochainement agrandi afin d’assurer un meilleur accueil aux touristes, avec notamment l’ouverture d’une boutique de souvenirs.

- Il fut un temps envisagé de créer un Centre d’Information similaire à celui d’Aguilares, bien que plus modeste, à l’entrée nord des Bardenas connue sous le nom d’el Paso. Ce projet est aujourd’hui définitivement abandonné.

 

 

NBorder, quand l’art et la science se rencontrent dans les Bardenas :

Paysage ! Frontière ! Le désert, un espace physique, un espace mental...

NBorder est un travail d’expérimentations artistiques et scientifiques menées la Bardena Blanca durant le mois d’avril 2011 (voir « Flash infos 2011 »).

Attachée à la question du paysage et de la frontière, l’École supérieure d’art des Pyrénées à Pau a piloté pendant une année ce projet de coopération transfrontalière avec l'Espagne.
Véritable projet collaboratif, NBorder a permis de rassembler une équipe d'artistes, de créateurs et de scientifiques qui ont été invités à encadrer dans un processus d'ateliers, une soixantaine d'étudiants, tous issus d'écoles d'art et d'architecture, d'universités, de France et d'Espagne.
Les divers travaux réalisés dans les Bardenas ont fait l’objet d’une importante exposition ainsi que, tout dernièrement, d’un livre de 140 pages (édité en français, espagnol et anglais) et d’un dvd.

Frédéric Moncoqut, webmaster du présent site internet et auteurs de livres, a été intégré à l’équipe NBorder en tant que "Consultant spécialiste des Bardenas Reales" (géographie, climat, conseils divers, etc). Il a également apporté sa contribution et son aide à la réalisation du livre précité.

Plus d’infos, ici.

Les étudiants ont été dispatchés en divers groupes, chaque groupe étant chargé d’œuvrer sur un projet original à caractère scientifique et/ou artistique.
.
Voici un exemple de projet : le concept consiste à suspendre un crayon au-dessus d’une feuille blanche à l’aide d’une cordelette, puis de laisser le vent agiter ce même crayon. Il en résulte un dessin pour le moins atypique, intégralement réalisé par le vent des Bardenas.
.
Frédéric Moncoqut, webmaster du présent site internet et auteurs de livres, a été intégré à l’équipe NBorder en tant que « Consultant spécialiste des Bardenas Reales » (géographie, climat, conseils divers, etc). Il a également apporté sa contribution et son aide à la réalisation du livre NBorder.

 

 

« Esto es gasto social » :

L’opération "Tormenta 2014" est enfin terminée après quatre jours de bombardements intensifs.

Cette grande manœuvre militaire a réuni cette année quelques 38 aéronefs (avions et hélicoptères) ainsi que 350 militaires. Les appareils sont venus de toute l’Espagne et furent pour l’occasion basés dans la base aérienne de Saragosse.

Deux hélicoptères passent devant le massif de la Pisquerra (capture d’écran : Télévision Espagnole)

Le silence du désert a aujourd’hui repris ses droits et nous aurions pu en rester là, comme chaque année. Mais c’était sans compter sur une petite déclaration d’un ministre espagnol qui fait scandale dans le pays.

Nous parlons là du ministre de la défense, Pedro Morenés, qui, lors d’une visite du polygone militaire jeudi dernier a tenu publiquement des propos que beaucoup d’espagnols qualifient d’inacceptables et d’injurieux !

Le Ministre Pedro Morenés (photo : Ministère de la Défense)

Nous retiendrons une seule phrase, celle que le ministre déclara spontanément en observant des avions en pleine phase de bombardement, il dit le plus sérieusement du monde : "Esto es gasto social" (Ceci est une dépense sociale).

Cette phrase, d’apparence si anodine, est bien plus scandaleuse qu’il n’y parait. Cette opération militaire coute une véritable fortune aux contribuables espagnols, alors que dans le même temps, crise économique oblige, les prestations sociales ont littéralement fondu comme neige au soleil ! Ajoutons à cela la farouche hostilité des navarrais et des aragonais envers la présence des militaires dans les Bardenas, et nous comprendrons alors pourquoi cette malheureuse phrase déchaine la colère des espagnols tant sur les réseaux sociaux (internet) que dans les médias.

 

A gauche : Le journal navarrais "Noticias" daté du 14/03/14. La phrase du ministre fait déjà scandale.

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Manœuvres militaires !

Du 10 au 14 mars, des exercices militaires auront lieu dans le polygone de tir et de bombardement de la Bardena Blanca. Ces exercices seront réalisés à feux réels !

En conséquence de quoi, l'usage de la piste principale du polygone sera perturbé pendant toute cette pèriode. Il est à noter que cette même piste sera strictement interdite d'accès durant les 12 et 13 mars, de 09h15 à 14h00.

La piste menant au Castildetierra restera totalement libre d'accès.

En Rouge : Piste principale du polygone militaire.

En vert : Piste menant au Castildetierra.

En noir : Route reliant le village Arguedas à la caserne militaire (libre d'accès).

 

 

 

Des petites demoiselles imprudentes :

Hier, vendredi 28 février, un agriculteur a apporté une aide précieuse à deux jeunes françaises qui s’étaient aventurées dans un secteur interdits aux véhicules motorisés (zone de la Pisquerra).

Selon leurs dires, elles sont arrivées ici de nuit et n’auraient pas vu le panneau d’accès interdit. En bout de piste nos aventurières ont continué à rouler sur quelques dizaines de mètres jusqu’au moment où l’avant de leur véhicule se retrouva bloqué dans une petite ravine. On imagine aisément que la nuit dut paraître très longue pour ces demoiselles qui ne purent retrouver un peu d’espoir qu’aux premières lueurs du jour.

Notons que l’agriculteur qui leur vint en secours est le même que celui cité dans l’article suivant.

Photos : Jesus Leon Pejenaute

 

 

Les effets étonnants de l’érosion :

Les pluies anormalement abondantes qui s’abattent sur l’Europe depuis le début de cet hiver n’ont pas épargné les Bardenas. Pour preuve, un agriculteur local nous montre aujourd’hui, en quelques photos, les effets surprenants et inattendus que peuvent provoquer les eaux de pluie.

Comme chacun le sait, les sols des Bardenas sont constitués de marne (calcaires fortement argileux) et sont donc très sensibles à l’érosion hydrique. Ainsi, il est fréquent que des gouffres et des galeries souterraines se forment ici et là lors des fortes pluies.

Nous sommes ici dans un champ situé à proximité de la Piquerra, à priori rien ne semble anormal, c’est un champ comme un autre. Mais notre agriculteur y a bien détecté des anomalies souterraines.

C’est donc équipé d’une pelle mécanique qu’il se décide à creuser le sol afin de vérifier si ses doutes sont fondés, ... et ils le sont !

Qui imaginerait trouver de telles cavités en ce lieu, à quelques dizaines de centimètres sous nos pieds ?

Pour éviter un effondrement du sol, la solution consiste à combler cette cavité avec un imposant fagot de paille. Le champ est alors "sauvé", ... pour le moment.

Photos : Jesus Leon Pejenaute

 

 

AVIS AUX RANDONNEURS : Pisquerra, Rallon et Ralla interdits d'accès !

Devenue coutumière, l’interdiction d’accès aux zones Pisquerra-Rallon-Ralla-Gorra-Zapata est effective depuis aujourd’hui, samedi 22 février 2014 (voir ces zones sur carte).

La levée d’interdiction devrait avoir lieu vers septembre ou octobre prochain, date précise inconnue à ce jour.

N’hésitez pas à revenir régulièrement sur cette page « Flash infos 2014 » ainsi que dans « Infos tourisme ».

Pourquoi interdire l’accès à ces zones ? De nombreux rapaces se reproduisent et nichent en ces lieux et il a été constaté que le passage répété des randonneurs perturbe l'accouplement de ces oiseaux et met en péril le développement de leurs progénitures.

Ces sites se situent tous dans la ZEPA de la Bardena Blanca (Zone spéciale de protection des rapaces et des oiseaux des steppes).

Il est clair que cette réglementation est une contrainte peu réjouissante pour les randonneurs et pour les professionnels du tourisme, mais il vous est tout de même demandé de respecter cette interdiction d'accès, d’autant que les gardes du Parc Naturel des Bardenas Reales patrouillent fréquemment en ces lieux.

 

 

Location de véhicules 4x4 :

L’agence de tourisme "Bardenas Aventure", dirigée par José Maria Samanes, offre de nombreuses prestations de qualité parmi lesquelles figurent la randonnée à cheval et la location de maisonnettes.

Il vous est dorénavant possible de louer un ou plusieurs véhicules tout-terrain avec ou sans guide-conducteur. Inutile de préciser que ce service est très appréciable pour ceux qui souhaitent découvrir les Bardenas hors des sentiers battus !

N’hésitez pas à indiquer que vous venez sur les conseils du webmaster de www.bardenas-reales.net, Fred Moncoqut.
José Maria appréciera !

 

 

Le journal Bardeneras-News  :

C’est incontestable ! Les habitations troglodytes "Bardeneras" sont les plus atypiques de toute la région !

Ruben Mendi est l’heureux propriétaire de ce vaste complexe hôtelier situé tout proche des Bardenas, à Valtierra. Et afin d’informer au mieux ses clients, il met à leur disposition un journal intitulé "Bardeneras-News" dans lequel figure une grande quantité d’informations touristiques locales (écrit en espagnol et en français).

Lecture du journal dans le Bar-Cuevas Bardeneras.
.
N’hésitez pas à indiquer que vous venez sur les conseils de webmaster de www.bardenas-reales.net, Fred Moncoqut.
Ruben appréciera !

 

 

Trois livres exceptionnels sur les Bardenas !

Le webmaster du présent site internet, Frédéric Moncoqut, vous présente son dernier ouvrage édité aux éditions Blurb.

Il s’agit d’un ouvrage créé en trois volumes de 88 pages chacun. L’auteur y présente pas moins de 256 photographies inédites, toutes plus belles les unes que les autres, agrémentées de textes particulièrement instructifs qui vous feront découvrir des Bardenas insoupçonnées.

Cette trilogie a pour vocation de vous faire découvrir l’univers merveilleux et spectaculaire des Bardenas Reales, et à n’en pas douter, vous serez surpris de tant de beautés naturelles !

Volume 1
Volume 2
Volume 3

Les premier et second volumes sont consacrés à la Bardena Blanca, le cœur des Bardenas. Il s’agit de la zone la plus aride et la plus ravinée du territoire, nous sommes en ce lieu dans LE désert des Bardenas. Le troisième volume vous fera découvrir des paysages inattendus et méconnus : Au sud se trouvent de vastes pinèdes dominées par de hauts plateaux, c’est la Bardena Negra, et au nord de grands espaces agricoles s’étendent à perte de vue, c’est la Bardena del Plano. Nous découvrirons aussi le Vedado de Eguaras, un îlot forestier appartenant à la commune de Valtierra mais dont les caractéristiques paysagistes et géomorphologiques sont identiques à celles des Bardenas.

Plus d’infos ? Cliquez ici.

 

 

Une petite curiosité dans une rue de Peralta :

Peralta est une agréable bourgade située au nord-ouest des Bardenas. Comme c'est souvent le cas dans ces petites localités espagnoles, il fait bon flâner dans ses rues et c'est justement à cette occasion qu'un promeneur a découvert et photographié une borne assez singulière, une borne recouverte d'une superbe mosaïque représentant le Castildetierra !

Preuve en est, s'il le fallait encore, que le symbole des bardenas est très populaire dans la région.

 

 

« Terre insolite » :

Le livre « Bardenas Reales, terre insolite », écrit par Frédéric Moncoqut, est épuisé depuis ce début d’année et n’est donc plus disponible à la vente.

Édité fin 2005 par les éditions Lavielle, cet ouvrage fut le premier livre-documentaire à offrir une analyse complète du territoire des Bardenas (géologie, érosion, climat, histoire, …).

Il n’est malheureusement pas prévu de réédition, mais rassurez-vous car l’auteur a quelques projets de livres qui s’inscrivent dans le même registre. Rendez-vous donc dans deux ou trois ans.

« Bardenas Reales, terre insolite » est resté disponible en librairie durant huit ans.

 

 

Sanchicorrota, enfin un film !

Sancho Rota, plus connu sous le sobriquet de Sanchicorrota, est le personnage le plus atypique que les Bardenas aient connu.

Durant le XVe siècle, les Bardenas Reales étaient devenues la terre d’asile des bandits de grands chemins, des voleurs de bétail, des échappés de justice et des vagabonds. Souvent unifiés en bandes, ils se cachaient dans les boisements et au fond des ravins.

Sanchicorrota fut l’un d’entre eux, le plus fameux d’entre eux pourrait-on même dire.

Bandit hors norme et chef d’une trentaine d’hommes, il fit des Bardenas son territoire au point qu’il s’autoproclama « Roi des Bardenas » !

Craint et respecté par la population, il était cruel avec ceux qui lui résistaient, mais généreux envers les soumis.

Aujourd’hui cinq siècles sont passés, mais ce « Robin des bois » local est encore bien présent dans la mémoire collective des navarrais du sud. Pour preuve, ne dit-on pas encore aujourd’hui : Sanchicorrota ? il prenait aux riches pour donner aux pauvres !

 

Il est certain que si ce héro navarrais avait été anglais ou américain, les studios Hollywoodiens auraient depuis longtemps réalisé un film sur ce personnage ! Seulement voila, Sanchicorrota est un personnage espagnol.

Iñigo Floristán, un jeune réalisateur navarrais, vient de mettre un terme à ce manque de reconnaissance cinématographique. En septembre dernier il réalisa un court-métrage sur le bandit bardenero. Le titre du film : Sanchicorrota.

Le tournage eut lieu en partie dans le secteur du Vedado de Eguaras, puis dans quelques habitats troglodytes abandonnés d’Arguedas. 

Ce court-métrage peut être visionné sur internet.

0

 

Ces photographies nous ont été gracieusement envoyées par José Maria Samanes qui participa à ce tournage en tant que figurant.

 

 

Le « Roi » des Bardenas n’est pas celui que l’on croit :

Contrairement à ce tout le monde pense, ce n’est pas le président de la communauté des Bardenas qui établit les règles touristiques en vigueur sur le territoire bardenero.

Ces règles si strictes et tant critiquées par les randonneurs et par l’ensemble des professionnels du tourisme, c’est un biologiste qui les décide ! Et ce biologiste se nomme Alejandro Urmeneta Hernandez (à gauche sur la photo).

Cet homme est responsable de la biosphère et de l’équilibre naturel des Bardenas, il a plein pouvoir et ici c’est lui qui fait la pluie et le beau temps ! et ces derniers temps il semblerait bien que cela lui soit monté à la tête puisqu’il n’hésite pas à déclarer publiquement que le vrai Président des Bardenas, c’est lui !!!

 

 

Vététistes, attention danger !

Des pieux métalliques ont été volontairement plantés sur des chemins fréquentés par les randonneurs à VTT ! Il semblerait que le passage répété des vététistes constitue une gêne pour certaines personnes.

Ce sont des randonneurs espagnols qui nous font part de cette information, et selon bon nombre d’entre eux les coupables de ces actes scandaleux seraient les chasseurs (relativement nombreux en hiver dans les Bardenas). D’autres accusent les gardes du Parc Naturel, mais cette accusation est peu crédible.

Actuellement, les vététistes espagnols retirent peu à peu tous les pieux métalliques qu’ils découvrent afin qu’il n’en reste plus un seul lorsque viendra la saison touristique.

 

 

Mais où dormir ? où manger ?

Lorsqu’on arrive dans les Bardenas, il arrive un moment où l’on se pose inévitablement ces questions : Où va-t-on dormir ? Où allons-nous manger ?

Le webmaster de www.bardenas-reales.net vous propose ses coups de cœur.

 

 

Pisquerra, Rallon, Ralla, Gorra et Zapata :

Les secteurs Pisquerra, Rallon, Ralla, Gorra et Zapata sont ouverts à la randonnée depuis le 17 septembre 2013. La fermeture de ces sites devrait avoir lieu mars ou avril (les responsables du Parc Naturel sont très peu communicatifs sur ce sujet).

Comme chaque année, vous serez informés des dates d'ouverture et de fermeture sur cette page web et en fin de page "Infos tourisme".